La maison des chercheurs


La Maison des chercheurs

L’Institut Catholique de Lille, également appelé Les Facultés de l’Université Catholique de Lille, est un établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général (EESPIG), membre de l’Université Catholique de Lille, fédération membre de la ComUE Lille Nord de France.

Les Facultés de l’Université Catholique de Lille ont la caractéristique d’accueillir sur un même site des enseignants-chercheurs d’horizons scientifiques très différents (psychologie, médecine, théologie, droit, science politique, économie, géographie…) et formant un réseau à la fois maillé et coopératif. Maillé car les Facultés favorisent la recherche disciplinaire, indispensable au développement de la qualité des formations, tout en promouvant les connexions entre chercheurs venant de champs disciplinaires différents. Les potentialités de coopération, quant à elles, sont optimisées au sein de la Maison des chercheurs, véritable écosystème  co-élaboratif.

 

Les activités menées au sein de la Maison des chercheurs se déclinent selon trois dimensions : l’organisation d’activités académiques « classiques » ; la promotion des rencontres « improbables » ; la réalisation d’expériences dans le champ des sciences humaines et sociales (SHS).

1. Les activités dites classiques renvoient à l’organisation de soutenances de thèse ou d’HDR, la tenue de séminaires, colloques, conférences… Elles définissent la maison de la recherche comme un espace de travail collaboratif pour les chercheurs dans leur champ disciplinaire. La modularité du lieu permet quelques utilisations originales, notamment son aménagement en salle de plaidoirie ou en salle d’exposition du patrimoine scientifique ou culturel.

2. A la manière d’un centre de co-design, les rencontres dites « improbables » concernent les interactions entre enseignants-chercheurs et doctorants issus de disciplines différentes. La maison de la recherche a vocation à promouvoir la « fertilisation croisée » ; l’espace, co-élaboratif, est parfaitement modulable et particulièrement bien équipé sur le plan technologique (projections, tableaux sur tous les murs, tableaux roulants, tableaux interactifs, wifi HD, visio-conférence…).

3. L’anthropolab 
Le Laboratoire d’Anthropologie Expérimentale, également appelé Anthropo-lab, a été créé en septembre 2015 en vue de se saisir des grands enjeux contemporains et éthiques liés aux mutations anthropologiques et socio-économiques actuelles. Ce laboratoire fait un double pari :

  1. parce que la complexité croissante des mutations actuelles rend obsolète une approche monodisciplinaire, le laboratoire fait le pari de la trans-disciplinarité ;
  2. parce qu’il devient quasi-impossible de prévoir, le laboratoire fait le pari de la promotion de la méthode expérimentale

Les expériences réalisées par l’Anthropo-Lab permettent de provoquer une situation et d’en observer les conséquences. Celles-ci peuvent être réalisées en laboratoire (Anthropo-XLab) ou sur le terrain (Anthropo-Field). Implanté au 5ème et dernier étage du bâtiment Robert Schuman, l’Anthropo-XLab est un plateau pouvant accueillir 30 participants, dans des situations expérimentales quasi-réelles, contrôlées et simplifiées. L’Anthropo-field, quant à lui, est le déploiement d’ expériences sur le terrain, réalisées pour et avec des organisations publiques et privées en quête de réponses pratiques et opérationnelles. Résolument tourné vers la société civile et l’entreprise, le Laboratoire d’Anthropologie Expérimentale est un acteur du Generation Next Field Experiments (Levitt et List, 2009).

Le parti pris des FACULTES est que l’innovation scientifique se niche au cœur des rencontres improbables ; elle génère l’agilité et la créativité indispensables pour comprendre la transition fulgurante que connait notre monde. C’est à cette fin que la maison des chercheurs a été créée. Sur un espace unique d’environ 200m2, particulièrement bien équipé sur la plan technologique, elle favorise l’interaction à l’interstice des disciplines. Elle combine ainsi une recherche visant l’excellence scientifique et le service rendu à l’environnement social, économique et culturel.