[CONFÉRENCES] Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain? Paul Jorion-6 dates

Paul Jorion, professeur invité à ETHICS vous invite à assister à son cycle de 6 conférences mensuelles autour du thème “Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain”.

DATES EN 2018

  • 6 novembre : Quel scénario pour les années qui viennent ?

Quatre films significatifs :
Le dernier rivage (1959) : l’humanité finit par s’autodétruire du fait de son surarmement
Elysium (2013) : tandis que les pauvres s’entre-déchirent sur une Terre dégradée, les riches, devenus immortels, vivent une vie idyllique dans une station spatiale
Interstellar (2014) : la Terre ayant été rendue par nous inhabitable, le salut du genre humain est dans la colonisation d’autres mondes
Terminator (1984) : les machines désormais autonomes se débarrassent des hommes devenus un fardeau pour elles

  • 11 décembre : Le transhumanisme est-il la nouvelle religion d’une technologie triomphante ?

-La technologie est-elle « artificielle » parce qu’étrangère à l’humain ou « naturelle » comme son prolongement ?
-Notre éthique est inadaptée à l’apparition de machines autonomes, distinguons l’« imputabilité » : l’assignation de la cause, de la « responsabilité » qui peut déboucher ou non sur une culpabilité
-L’Occident partage un concept de l’homme créé à l’image de Dieu ; dans le monde athée de l’Orient, l’homme est modelable sans restriction
-Une course est engagée entre la disparition d’un monde aimable à l’homme et la conquête des étoiles par lui
-L’hypersurveillance et l’exterminisme (l’extermination de « gêneurs » à l’échelle industrielle) constituent désormais de réels périls

DATES EN 2019

  • 8 janvier : Les défis environnementaux

-L’ordre de grandeur des défis auxquels nous sommes confrontés nous est incompréhensible
-Nous nions l’urgence : c’est l’esprit « Tout va très bien, Madame la Marquise ! »
-Les lobbies défendent les intérêts particuliers, aucun ne milite en faveur de l’intérêt général
-Nous ne défendons l’environnement que si un profit commercial peut s’en dégager
-La croissance assure par priorité le versement des intérêts aux créanciers et des dividendes aux actionnaires
-Stoppons d’abord l’épuisement des ressources et la pollution ; mobilisons ensuite la technologie pour assurer la durabilité

  • 5 février : Les risques existentiels pour notre espèce

-Les risques naturels cosmologiques : météorites, cycles glaciaires, volcans, etc.
-Les risques naturels d’origine humaine : l’anthropocène
Les risques de guerre classique, thermonucléaire, chimique et biologique
-Une 3e guerre mondiale est engagée : il s’agit d’une cyber-guerre
La « singularité » : une Intelligence Artificielle ayant échappé à notre contrôle
-Les risques existentiels ne peuvent être gérés qu’au niveau mondial

  • 5 mars : Le capitalisme, l’économie de marché, le libéralisme, face à l’état d’urgence pour le genre humain

-Le profit commercial n’est pas maîtrisé : il est potentiellement illimité
-La finance est prédatrice ; la spéculation était interdite jusqu’en 1885
-Les droits des personnes morales sont aujourd’hui plus étendus que ceux des individus
-Les règles comptables sont définies par des organismes privés : elles mettent en œuvre une philosophie rapace
-La définition de l’abusus (l’une des trois composantes de la propriété, avec l’usus et le fructus) doit être reformulée pour tenir compte de la durabilité, du caractère renouvelable ou non d’un bien

  • 2 avril : Les conséquences d’une mécanisation bientôt totale

-Le travail disparaîtra entièrement en raison de l’automation : robotisation, logicièlisation et Intelligence Artificielle
-Il convient de séparer une fois pour toutes l’obtention de revenus par les salariés d’aujourd’hui du travail effectué en échange
-Ma proposition (2012) d’une taxe Sismondi : la mécanisation est un gain pour le genre humain tout entier, à partager entre tous
-Deux approches possibles : soit le revenu universel de base, soit le « service universel de base » assurant à chacun la gratuité pour l’indispensable

Inscription gratuite mais obligatoire  : geraldine.polus@univ-catholille.fr
Lieu : Université Catholique de Lille, Maison des Chercheurs, 60 bis rue du Port, 59000 Lille