,

Journée d’études : Enjeux normatifs de la santé numérique

Dans le cadre du cycle de journée d’études enjeux normatifs de la santé numérique, le Centre d’éthique médicale, la Faculté de Médecine et de Maïeutique, la Faculté de Droit, le Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit (C3RD) et la Société Française de télémédecine organisent :
Le tiers technologique au cœur de la santé numérique : défis éthiques et managériaux
Journée d’étude
09h00 – 17h30
Mercredi 21 mars
Salle D 002 – 41 rue du Port- Lille

Argumentaire

De nombreux travaux contemporains sur le soin ont insisté sur la nécessité de penser la dimension relationnelle qui réside au cœur du soin, « la dimension peut-être la plus fondamentale du soin » (F. Worms). Les éthiques du care ont également attiré notre attention sur les tissus relationnels dont les sociétés humaines forment la trame, ce « réseau complexe » (J. Tronto) sans lequel il n’y aurait pas de vie humaine collective possible. Force est de constater cependant que les objets techniques semblent absents de ces nombreuses réflexions sur la relation de soin. Or, des auteurs comme M. Coeckelbergh nous rappellent que la « technology has always mediated care practices ». La relationnalité subjective et créative qui traverse le soin n’est-elle pas toujours déjà médiatisée par la matérialité d’objets techniques ? Des voix s’élèvent également depuis le champ de la sociologie des sciences et des techniques (A. Mol, I. Moser & J. Pols) pour dépasser l’opposition entre, d’un côté, un care « chaud » et caractérisé par l’amour et, d’un autre côté, la technologie « froide » et rationnelle. Il nous semble que le dépassement de cette opposition s’impose avec force dans le domaine de la « santé numérique ». Investiguer les défis éthiques et organisationnels de la santé numérique, ne demande-t-il pas d’intégrer les objets techniques dans le champ de la réflexion ? Développer une visée éthique globale et intégrée du soin ne demande-t-il pas de faire de ces objets des éléments contextuels essentiels de la réflexion éthique ? Les objets connectés n’adressent-ils pas des questions inédites au niveau déontologique et juridique dont il faut se saisir ?

Programme détaillé

cliquez ici

En savoir plus sur les intervenants

cliquez ici

formulaire d’inscription :

cliquez ici

(frais d’inscription 20 €, pour connaître les modalités de paiement : cliquez ici)