Catherine ARCHAMBAULT, candidate au doctorat en stratégie, spécialisée sur l’innovation des business models

E-mail : catherine.archambault@univ-catholille.fr

Détentrice d’un Bachelor in Business Administration (B.B.A.) en marketing et d’une Maîtrise ès sciences de la gestion (M.Sc.) en management de HEC Montréal, Catherine poursuit maintenant un doctorat en stratégie portant sur l’innovation des business models. Elle s’intéresse tout particulièrement aux processus de création et de diffusion de nouveaux business models en grande entreprise. Au sein de l’équipe ETHICS Antropo-Lab, Catherine amène un regard nouveau sur l’expérimentation et l’innovation dans les organisations établies. Elle travaille étroitement avec l’équipe de l’IAE spécialisée sur les business models, notamment avec M. Xavier Lecocq.

À l’hiver 2017, Catherine a co-enseigné le cours « Competitive Strategies Within and Between Platforms Markets » à Rotterdam School of Management, où elle a effectué un échange de recherche. De retour en France, elle enseigne à l’IESEG Lille les cours « Fundamentals of Strategy » et « Introduction to Business Models ».

Avant de poursuivre ses études doctorales, Catherine a travaillé en télécommunications chez Bell Canada en tant que consultante interne dans les domaines des opérations, du développement organisationnel et des communications. Elle est récipiendaire, à deux reprises, du prestigieux Prix du Lieutenant-Gouverneur du Canada, (représentant, sur le pays à la feuille d’érable, de la Reine Elizabeth II). Ces prix lui ont été remis pour l’ensemble de son implication scolaire et la qualité de ses performances académiques.

CATHERINE ARCHAMBAULT EXAMINE LES BUSINESS MODELS EN MUTATION

C’est une dynamique trentenaire qui nous vient du pays à la feuille d’érable. Catherine Archambault, originaire de Montréal, est actuellement doctorante au sein du laboratoire ETHICS – EA 7446.

Elle s’intéresse aux business models et aborde cette question sous l’angle managérial et stratégique. « Ce qui m’intéresse spécifiquement, c’est leurs processus de transformation, plutôt à l’échelle des grands groupes », précise-t-elle. Comment un grand groupe parvient-il à changer de business model dans le temps, par quels procédés, comment réussit-il son changement et s’améliore-t-il pour devenir plus performant ? Voilà, en substance, ce qui occupe quotidiennement la chercheure.