[ARTICLE ] : La transparence : une modalité de la démocratie par Malik Bozzo-Rey

, ,

La mise à disposition par Wikileaks de millions d’emails et de documents, la création d’une Haute Autorité pour la transparence de la vie publique puis d’une Loi de moralisation de la vie politique, le premier pas vers la protection des lanceurs d’alertes avec la Loi Sapin 2 sont autant d’exemples qui viennent nous rappeler, si besoin était, à quel point la transparence est devenue une norme qui structure l’organisation de nos sociétés démocratiques. Pourtant, elle ne cesse d’être critiquée et les paradoxes qu’elles soulèvent sont autant d’arguments utilisés pour tenter d’amoindrir ses effets et ses exigences. Quelle valeur donner alors à cette « injonction » à la transparence qui semble caractériser le débat politique, économique et social ?

 

Par Malik Bozzo-Rey, philosophe et directeur de recherche au laboratoire ETHICS de l’Université Catholique de Lille.

Découvez l’aticle complet : http://acteursdeleconomie.latribune.fr/debats/opinion/2017-09-22/la-transparence-une-modalite-de-la-democratie-751209.html Lire la suite

« Transhumanisme(s) en question(s) »: Programme 2017-2018

, ,

Le séminaire porte, pour sa troisième édition annuelle, sur les questions philosophiques et éthiques soulevées par la mouvance transhumaniste. Organisé par la Chaire « Ethique
et transhumanisme » (Laboratoire ETHICS – EA 7446, Université Catholique de Lille) avec le soutien de la Région des Hauts de France, le transhumanisme y est abordé comme un objet de pensée révélateur des tensions et questions anthropologiques de fond soulevées par les développements technoscientifiques contemporains.

Programme des séminaire 2017-2018

Lire la suite

Séminaire « Transhumanisme(s) en question(s) »

, ,

Pour sa troisième édition annuelle et sa première séance 2017-2018,

le séminaire « Transhumanisme(s) en question(s) » de la chaire Ethique et Transhumanisme de l’Université Catholique de Lille, cofinancement Région des Hauts de France, vous donne rendez-vous mercredi 27 septembre prochain, de 12 à 14h, à la Maison des Chercheurs (60 bis, Rue du Port, 59800 Lille).

Nous aurons le plaisir d’accueillir :

 

Nathanaël Jarrassé

Chargé de recherche CNRS à l’Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique – Université Pierre et Marie Curie, Paris

Pour une présentation intitulée :

« Potentialités, limites et enjeux éthiques de l’augmentation prothétique ».

Lire la suite

[ARTICLE] : « Intelligence collective : pourquoi les décideurs publics devraient-ils s’inspirer des entreprises agiles ? »

,

Si nous admettons que le problème central d’une société est celui de l’adaptation rapide aux changements de circonstances particulières, il s’en suit que l’élaboration des politiques publiques doit être laissée (du moins, en partie) à ceux qui connaissent ces circonstances, qui apprécient directement les changements en cause et savent où trouver les ressources pour y faire face.

 

Alors que traditionnellement, les organisations sont plutôt conçues comme des « îlots de pouvoir » descendant, il existe aujourd’hui un engouement pour les entreprises et les dirigeants qui font le pari de l’intelligence collective pour libérer la créativité, générer de l’engagement et accroitre les performances de l’entreprise.

La raison est simple : les entreprises font face à un environnement de plus en plus complexe qu’il est impossible d’appréhender par un seul esprit. L’intelligence collective part du principe que la connaissance de l’environnement économique, social et culturel dont une entreprise pourrait avoir besoin n’existe jamais sous une forme concentrée ou agrégée, mais seulement sous forme d’éléments dispersés que tous les membres de l’organisation possèdent en partie.

Pour une entreprise, se mettre à l’écoute de tous les capteurs dont elle dispose est un exercice délicat. En fait, le premier réflexe des dirigeants est de réunir un groupe d’experts convenablement choisis afin de résoudre les problèmes pour les collaborateurs ou leurs clients. Il faut admettre que c’est une méthode adaptée à la résolution des problèmes techniques puisque le groupe d’experts peut se trouver dans la position la plus favorable pour disposer des connaissances scientifiques les plus avancées.

Pourtant, quand une nouvelle technologie exige d’importantes évolutions de l’écosystème de l’entreprise pour être utile, les connaissances scientifiques ne sont pas suffisantes. L’importance accordée au changement en tant que tel est fortement corrélée aux connaissances des circonstances particulières, des gens et des conditions locales.

Le savoir-faire local – l’utilisation d’outils à d’autres fins que celles initialement pensées – est tout aussi utile pour libérer la créativité des collaborateurs que la connaissance des techniques alternatives les plus performantes. Les grandes entreprises établies de longue date l’ont compris. Et le marché des consultants en intelligence collective est aujourd’hui en pleine expansion.

L’importance accordée aux connaissances des circonstances particulières dont disposent (de manière imparfaite) tous les individus est ainsi fortement corrélée aux mutations technologiques et anthropologiques. Il n’est pas nécessaire de rappeler ici la cadence des changements auxquels les entreprises doivent s’adapter pour faire face aux nouveaux entrants (le digital, le big data, l’intelligence artificielle…).

Pourtant, si la pression du marché encourage les entreprises à abandonner le modèle hiérarchique au profit de méthodes agiles mieux à même d’utiliser les connaissances des collaborateurs, on ne peut guère s’attendre à ce qu’une force similaire agisse dans le domaine de l’élaboration des politiques publiques.

Si nous admettons que le problème central d’une société est celui de l’adaptation rapide aux changements de circonstances particulières, il s’en suit que l’élaboration des politiques publiques doit être laissée (du moins, en partie) à ceux qui connaissent ces circonstances, qui apprécient directement les changements en cause et savent où trouver les ressources pour y faire face.

Reconnaitre que nous avons besoin de décentraliser les décisions publiques pour mieux utiliser les connaissances particulières dont disposent de manière imparfaite tous les acteurs concernés par le changement n’est qu’une première étape que nous devons franchir – pour ce faire, les travaux du Prix Nobel en Économie, Friedrich Hayek, sur l’utilisation des connaissances dans la société devraient être utiles.

Faut-il également reconnaitre que nous n’arriverons probablement pas à améliorer la vie en société en laissant un ensemble d’individus isolés décider seuls sur la base de leurs connaissances limitées ? Reste le problème de la mise en réseau des connaissances de chacun. C’est une fonction importante dont les décideurs publics devraient avoir la responsabilité.

Pour ce faire, ils pourraient faire appel aux techniques utilisées principalement dans les entreprises et qui consistent à organiser des ateliers collaboratifs avec l’objectif de co-créer un produit ou un service. Les nouvelles méthodes agiles (et les techniques associées) adoptées par les entreprises devraient inspirer nos décideurs publics à faire plus confiance aux citoyens et à leur donner les moyens pour mettre en commun les connaissances limitées dont chacun dispose.

 

Auteur : Rustam Romaniuc, chargé de recherche à l’Université Catholique de Lille et directeur scientifique de l’Anthropo-Lab

Lire la suite

Radio – 7 Milliards de transhumains

,

Sept milliards de transhumains – Episode spécial : Intelligence artificielle

David DOAT (Ethics – EA 7446 ) et Katherine EVANS ont reçu Joanna BRYSON, enseignante à l’ University of Bath (UK) et à la Princeton University (USA) lors de son passage à l’ Université catholique de Lille. Une interview passionnante (en anglais) sur l’intelligence artificielle et ses enjeux.

Dans cette émission spéciale « interview », Katherine Evans, philosophe à l’Institut Vedecom à PARIS (Institut du Véhicule Decarboné et Communicant et de sa Mobilité), et David DOAT, titulaire de la chaire Éthique et transhumanisme de l’Université Catholique de Lille (cofinancement Région des Haut de France), interrogent Joanna Bryson, chercheur en informatique de l’Université de Princeton (USA) et de Bath (GB). Les travaux de Ms Bryson sur l’intelligence artificielle comme outil de compréhension et de simulation de l’intelligence naturelle sont aujourd’hui largement reconnus au plan international, lui valant notamment d’exercer régulièrement comme consultante auprès de la Commission européenne sur les questions éthiques et sociétales soulevées par les développements fulgurants de l’intelligence artificielle ces dernières années.

Ecoutez  l’emission sur RadioUCLille : https://radiouclille.univ-catholille.fr/broadcast/11905-Episode-spécial-Intelligence-artificielle-Interview-de-Joanna-BRYSON

Publication

,

Malik Bozzo-Rey co-publie avec Guillaume Delalieux  un article intitulé  » Lanceurs d’alerte : de l’obligation morale à l’éthique organisationnelle  » dans l’ouvrage  » Les lanceurs d’alerte : Quelle protection juridique ? Quelles limites ?

Résumé :

Les lanceurs d’alerte occupent depuis quelques temps une place centrale dans l’actualité et suscitent un intérêt grandissant auprès du grand public et de la communauté scientifique.
Cet ouvrage collectif revient sur l’édification récente du statut du lanceur d’alerte et de son régime juridique, afin de dessiner les pistes d’évolution dans les différents domaines concernés et de tirer les enseignements des expériences étrangères notables en matière de whistleblowing.
Sont ainsi étudiés successivement : les perspectives, le cadre juridique européen, les situations juridiques nationales (l’acteur, les champs et techniques, l’interaction des alertes), regards comparés, regards institutionnels.

Points forts de l’ouvrage:

  • Une étude exhaustive des lanceurs d’alerte menée par les meilleurs spécialistes.
  • A jour de la loi Sapin II du 9 décembre 2016 créant le statut du lanceur d’alerte.

Sous la direction de Mathieu Disant, professeur à l’Université de Saint Etienne et Delphine Pollet-Panoussis, maître de conférences à l’Université catholique de Lille.

 

Plus d’informations : https://www.lgdj.fr/les-lanceurs-d-alerte-9782275057071.html

Philosophie et management : La transparence à tout prix ?

, ,

Les affaires de ces dernières années, internet et la multiplication des sources d’informations nous poussent à réclamer toujours plus de transparence. Dirigeants politiques, managers, représentants institutionnels… tous sont conscients de cette injonction. Si elle est devenue la règle dans les pays anglo-saxons, elle pose encore question dans nos pays latins. Le débat est même encore plus vif dans les milieux économiques.

Jusqu’où la transparence doit-elle aller ? Doit-elle être la règle pour tout ? La vérité doit-elle primer sur ses conséquences ? Sommes-nous entrés dans l’ère de la transparence à tout prix ?

Pour répondre à ces questions, Acteurs de l’économie-La Tribune propose, en partenariat avec iaelyon, la 9e conférence du cycle « Philosophie & Management » le vendredi 29 septembre 2017 à 12h15.

Pour en débattre :

  • Malik Bozzo-Rey, maître de conférences en Ethique à l’Institut Catholique de Lille
  • Daniel Karyotis, directeur général de la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes

Débat animé par Violaine Madinier.

Inscription obligatoire : http://acteursdeleconomie.latribune.fr/evenements/inscription/philosophie-et-management-la-transparence-a-tout-prix

Lieu :

iaelyon School of Management
Université Jean Moulin

Manufacture des Tabacs – Auditorium Malraux
16 rue du Professeur Rollet
69008 LYON
(M° Sans Souci – Tramway T4 Manufacture des Tabacs)

Publication

,
Malik Bozzo-Rey publie chez Classiques Garnier l’article « Aptitudes et démocratie chez Bentham et Mill » dans l’ouvrage : « Représentation politique et transformations de la citoyenneté – XVIIe-XXIe siècle ».
Rejoignant le souci de l’histoire conceptuelle, ce livre examine les différentes dimensions qu’a revêtues la représentation politique depuis le xviie siècle et jusqu’à l’âge contemporain, et évalue dans quelle mesure elle a été au cœur des transformations de la vie civile et citoyenne.

A vos agendas….

,

Noter dès aujourd’hui la date du premier Congrès international « Ethique et transhumanisme »  les 20, 21 et 22 juin 2018 à Lille. Plus d’informations rapidement

 

Agenda Séminaire ETH+ 2017-2018 :

Comme les années précédentes, les séances du séminaire se tiendront à la Maison des chercheurs (60bis, 5ème étage, rue du port, 59016 Lille), de 12h à 14h (14h30 pour celles et ceux qui pourront prolonger). Nous aurons toujours la possibilité de déjeuner ensemble (chacun apportant son pique-nique) entre 12h00 et 12h30. Nos intervenants invités entameront leurs interventions à 12h30 précises, après le temps du repas. Lire la suite

Les événements du projet RSECO

,

Découvrez la liste des événements proposés dans le cadre du projet RSECO

 

Séminaire mensuel interne du projet RSECO

Programme du séminaire RSECO 2016-2017

16h – 17h30,

Maison des chercheurs,

60 bis rue du Port, 5eme étage

NB : la programmation 2017-2018 sera affichée prochainement

 

18 octobre 2016 : Frédéric Fournier (chef de projet, Yamana) : « Fibre Citoyenne, un exemple d’application sectorielle et multipartite de la RSE »

6 décembre 2016 : Anne-Catherine Moquet (MCF, IAE Gustave Eiffel) : « Le management des identités multiples dans les organisations. Le cas Norsys »

10 janvier 2017 : Juliette Sénéchal (MCF en droit, Sc Po Lille) « Quelles méthodes pour stimuler le devoir de vigilance des sociétés à l’égard des sous-traitants et des filiales ? Les modèles internationaux, européen et français »

14 février 2017 : Leslie Carnoye (post-doctorante RSECO) « L’enquête de terrain avec le logiciel Prospéro : l’exemple du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut ».

21 mars 2017 : Frank Bachelet (MCF en sciences politiques, IEP de Lille) ; « Les politiques territoriales de développement économique : l’affaiblissement de l’influence des pouvoirs publics »

25 avril 2017: Laurence Beierlein (recherche, IAE Créteil, gestion) ; « La place des acteurs locaux dans les chaines globales de valeur »

16 mai 2017: Caroline Demeyere, doctorante Sc-Po Lille ; « La promotion de valeurs dans le management public d’un territoire: étude de l’entrepreneuriat institutionnel de la diversité » Lire la suite